top of page

 Il y a 50 ans​, :

- de la volonté de l'Etat d'aménager le littoral languedocien,

- du projet d'un philosophe humaniste, architecte urbaniste, à la personnalité et au profil atypique dans sa profession,

soutenu par des fonctionnaires et des élus de grande qualité qui, au-delà de leur entente et leur respect mutuel, ont su fédérer passions et énergies autour d'eux,

- une  ville utopique est devenue réalité.

Elle est née là où il n'y avait qu'un paysage le plus souvent hostile, aride, inhospitalier, infecté de moustique.

L'aventure d'une  vie, l'œuvre majeure d'un homme : Jean BALLADUR et son équipe qui n'ont cessé  les assauts nombreux et violents pour bousculer les routines et faire admettre leur vision de l'architecture et de l'urbanisme de la future cité.

Qualifiée de "ville béton", de "Sarcelles sur mer", par leurs détracteurs, qui n'avaient rien vu, ni compris, il aura fallu  plusieurs décennies pour que cette réalisation soit reconnue comme une œuvre d'art totale et obtienne,  le 19 janvier 2010, le Label Patrimoine de XXe siècle puis à la suite la classification d'Architecture Contemporaine Remarquable.

L'architecte avait su proposer des formes, et proposer une lecture de l'architecture, du paysage, de l'art urbain, en alternative à la rigueur de la doctrine en vigueur.

Pour cette ville qui n'avait pas de passé, il s'accompagne d'une équipe d'artistes aux quels il demande de la ponctuer au grès des places, des promenades, des jardins,  de symboles, de signes, de monuments, tous inventés inventés, que le passant pourra s'approprier pour s'écrire sa propre histoire de la ville.

bottom of page